Bonjour à toutes et à tous

Bienvenue à toutes et à tous

sur ce site dédié à la Sophrologie Dynamique.

Une nouvelle méthode de coaching, de bien être ? Non, pas vraiment… Elle n’a que 3000 ans d’existence !

Je l’utilise au quotidien et je transmets cet outil à qui se sent prêt pour un voyage intérieur.

Fort de 5 années d’études en sophrologie dynamique, validé par 2 titres de praticien puis de Maître praticien en Sophrologie Dynamique (FEDS), mon rôle sera de vous accompagner dans votre épanouissement personnel, dans la bienveillance, l’écoute et le non jugement.

Faire une pause, le temps d’une séance ; se faire du bien ; et accueillir peu à peu ce que nous sentons, nos émotions, nos intuitions…

Aller chercher au plus profond de nous mêmes la Force qui nous anime, et la mettre à profit dans notre quotidien, traverser des épreuves difficiles, ou dépasser l’obstacle ; se dépasser sans jamais perdre de vu que l’objectif que nous nous somme fixé est atteignable.

Alors la sophrologie dynamique ? oui un outil simple, efficace, et qui perdure. Sachons en faire bon usage en développant nos capacités.

Laurent TRISKEL

http://www.federation-sophrologie.eu/

 

Bien que sécurisé, mon site a été piraté par … Daesh !!! Alors veuillez bien m’excuser si tout n’est pas encore à sa place. Je suis à votre disposition pour toute information nécessaire…
Néanmoins vous pouvez surfer sans crainte dès à présent.
Publié dans Fédération Européenne de Sophrologie Dynamique, Non classé | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Cancers et huiles essentielles : ce qui se dit

La vérité sur le cancer et les huiles essentielles: ce qu’aucun oncologue ne vous dira

 Jan 30, 2017

À mesure que vous évoluez et devenez plus sensible aux énergies spirituelles, votre conscience des royaumes supérieurs s’accroît. Les idées semblent vous arriver d’au-delà de vous-même. Vous découvrez que vous savez des choses que vous ignoriez auparavant.

Vous vous sentez peut-être en connexion avec une énergie qui est supérieure à celle de votre conscience normale, ou différente. Ce qui se passe, c’est que vous commencez à faire consciemment l’expérience des dimensions supérieures. Si vous demandez l’assistance d’un guide, l’un d’eux va commencer à travailler avec vous. À ce stade, la connexion avec lui risque de se produire le plus souvent au cours des rêves, ou de façon spontanée dans des circonstances inattendues. Et puis, à un moment donné, vous pouvez faire un rêve dans lequel vous vous rendez compte que votre guide vous a contacté(e).

Vous pouvez aussi découvrir votre lien avec votre moi supérieur, ou avec un guide, à travers l’écriture automatique, la méditation, ou en ressentant comme une présence lorsque vous vous adonnez à des activités créatrices.

Pendant la méditation, vous allez peut-être commencer à recevoir une guidance qui semble être d’une sagesse plus grande que celle dont vous avez fait l’expérience auparavant. Il existe de nombreuses méthodes servant à mettre en place la connexion. Il n’y a pas de façon unique de se préparer à être un channel, et ce ne sont là que quelques-uns des indices signalant que vous vous préparez au channeling.

La préparation est une expérience individuelle et elle est différente pour chaque individu. En général, les personnes qui ne sont pas prêtes à canaliser le savent, et il leur est parfaitement clair que le channeling n’est pas pour elles.

Le plus souvent, elles n’ont pas une vision du monde qui englobe le channeling en tant que possibilité. Leur scepticisme le maintient à l’écart jusqu’à ce qu’elles soient prêtes. Il se peut que cette pratique ne soit pas opportune pour elles à cette phase de leur vie, alors n’essayez pas de convaincre celles et ceux qui sont sceptiques de faire une tentative. Si leur objectif est de pratiquer le channeling et si c’est le bon moment pour le faire, elles et eux seront spontané- ment enclins à explorer et à s’ouvrir à leur guide, tout comme vous.

Même les scientifiques reconnaissent maintenant les facteurs puissants qui existent dans certaines huiles essentielles qui stoppent la propagation du cancer et induisent la mort des cellules cancéreuses. Leur capacité à prévenir la maladie n’est plus remise en question, en particulier en ce qui concerne le cancer.

Un corps sain, de la tête aux pieds, a une fréquence allant de 62 à 68 MHz, alors que la maladie commence à 58 MHz. Au cours de tests sur les fréquences et la fréquence des huiles essentielles, il a été mesuré que: Tenir une tasse de café faisait chuter la fréquence d’un homme de 66 Hz à 58 Hz, en seulement 3 secondes. Il a mis 3 jours à recouvrer sa fréquence normale.

D’autres études montrent que: Les pensées négatives diminuent notre fréquence en moyenne de 12 MHz. Les pensées positives élèvent notre fréquence en moyenne de 10 MHz.

Des chercheurs ont étudié certaines des huiles essentielles les plus populaires d’usage courant, comme la menthe, le gingembre, le citron, le pamplemousse, le jasmin, la lavande, la camomille, le thym, la rose et la cannelle. Ils ont cherché à découvrir comment ces huiles essentielles peuvent combattre le cancer. Ils l’ont fait en testant leur pouvoir antibactérien ainsi que la toxicologie in vitro contre des lignées de cellules cancéreuses humaines.

Bruce Tanio, de Tanio Technology et chef du département de l’agriculture à l’université de Washington, a mis au point un moniteur de fréquences calibrées (CFM) qui a été utilisé pour mesurer les fréquences des huiles essentielles et leur effet sur les fréquences humaines lorsqu’elles sont appliquées sur le corps. Le laboratoire des Huiles Essentielles utilise un CFM, et un autre est situé à l’université John Hopkins, où il est utilisé pour étudier la fréquence en relation à la maladie.

« Le cancer commence lorsque le code de l’ADN dans le noyau de la cellule est endommagé », dit l’immunologiste Mahmoud Suhail. Il semble que certaines huiles essentielles aient une fonction de remise à zéro. Elles peuvent dire aux cellules ce que le code ADN correct devrait être.

Elles doivent être de qualité thérapeutique

Il y a beaucoup d’huiles essentielles qui sont vendues, mais la plupart sont de mauvaise qualité, produites et diluées synthétiquement avec de l’alcool et d’autres additifs. Pour être efficaces, seules les huiles essentielles 100% pures de qualité thérapeutique doivent être utilisées, faute de quoi vous n’obtiendrez pas les bienfaits pour la santé et vous aurez en plus besoin de changer la combinaison chaque semaine avec les bonnes proportions de chacune des huiles.

Robert O. Becker, médecin, auteur du livre, The Body Electric, valide le fait que le corps humain a une fréquence électrique et que la santé d’une personne peut être déterminée en grande partie par cette fréquence. Nikola Tesla dit que si vous pouviez éliminer certaines fréquences extérieures qui interféraient avec votre corps, vous auriez une plus grande résistance vis-à-vis de la maladie. Le Dr Otto Warburg a été deux fois lauréat du prix Nobel et lauréat du prix Nobel pour la recherche sur le cancer, pour avoir découvert que les cellules humaines ont une tension électrique.

Il ne fait aucun doute que certaines fréquences peuvent prévenir le développement de la maladie et que d’autres fréquences détruisent les maladies. Des substances de haute fréquence vont détruire les maladies de fréquences inférieures.

Les qualités thérapeutiques des huiles essentielles commencent à 52 et vont aussi haut que 320 MHz! Par exemple: Rose: 320 MHz, Hélichryse: 181 MHz, Encens: 147 MHz, Ravintsara: 134 MHz, Lavande: 118 MHz, Myrrhe: 105 MHz, Camomille allemande: 105 MHz,  Genièvre: 98 MHz, Bois de Santal: 96 MHz, Angélique: 85 MHz, Menthe Poivrée: 78 MHz.

De nombreuses capacités de guérison

Les cellules cancéreuses du sein sont souvent détruites par les huiles essentielles de cannelle, de thym, de camomille et de jasmin, celle de camomille tuant jusqu’à 93% d’entre elles in vitro. Encore plus efficace était l’huile de thym, qui avait un taux d’efficacité de 97% pour tuer les cellules MDF-7 du cancer du sein.

Une autre étude publiée dans la revue Industrial Crops and Products a trouvé que la camomille est dotée de puissantes propriétés antioxydantes. Cette recherche, évaluant 11 huiles essentielles dont: lavande, thym, sarriette, romarin, sauge, menthe, estragon français, fenouil doux et amer, a trouvé que la camomille romaine avait la plus forte activité antioxydante.

L’huile essentielle d’encens: un tueur du cancer

« L’huile essentielle d’encens sépare le ‘cerveau’ de la cellule cancéreuse – le noyau – du ‘corps’ – le cytoplasme, et ferme le noyau pour arrêter la reproduction des codes ADN corrompus », dit Suhail.

L’huille essentielle d’encens est efficace parce qu’elle contient des monoterpènes, des composés qui ont la capacité d’aider à éradiquer les cellules cancéreuses au début de leur développement, et aussi aux étapes de leur développement, la rendant idéale pour ceux qui découvrent leur cancer, quel que soit le moment de sa découverte.

Travailler avec l’encens pourrait révolutionner le traitement du cancer. Actuellement, avec la chimiothérapie, les médecins bombardent la zone autour de la tumeur pour tuer le cancer, mais cela tue également les cellules saines, et affaiblit le patient. Le traitement avec l’huile essentielle d’encens pourrait éradiquer uniquement les cellules cancéreuses et laisser les autres intactes.

« Il y a 17 agents actifs dans l’huile essentielle d’encens » explique le Dr Suhail.

Des histoires frappantes de personnes atteintes de cancer et de maladies dégénératives ainsi que leurs expériences avec les huiles essentielles ont été sélectionnées au budwig center.

Cancer terminal du foie

Une femme de Long Beach raconte que son mari avait été prévenu de mettre ses affaires en ordre. Son cancer du foie avait progressé à tel point que les tumeurs étaient beaucoup trop étendues pour l’ablation chirurgicale. On lui a donné six mois à vivre. Peu de temps après le diagnostic, cette femme a été informée de la puissance de l’huile essentielle d’encens 100% pure. Son mari en a appliqué par voie topique sur son foie et sous sa langue quotidiennement. A leur visite suivante chez leur médecin, ils ont découvert que les tumeurs avaient miraculeusement diminué. Ils ont continué à utiliser l’encens. En avril, les tumeurs avaient diminué à tel point que le médecin a accepté la chirurgie. Le cancer a été enlevé, prenant 3/4 de son foie. Aujourd’hui, il est en bonne santé et profite de la vie avec sa femme et sa famille.

Fille de cinq ans avec un cancer du cerveau

Une enfant de cinq ans avec un cancer du cerveau a utilisé une seule goutte d’encens, en alternance avec une goutte de bois de santal appliquées sur la plante des pieds, et de lavande appliquée sur son poignet. Maintenant, elle est en parfaite santé..!!

Cancer de la vessie

Lorsque Jackie Hogan a reçu le diagnostic d’un cancer rare de la vessie, elle a été informée par les médecins qu’elle ne pourrait pas éviter l’ablation de sa vessie. Elle a découvert les capacités de guérison de l’huile d’encens trouvées par les chercheurs de l’Université d’Oklahoma; en particulier en conjonction avec l’huile de bois de santal, l’huile d’encens a des propriétés qui tuent les cellules cancéreuses. L’huile d’encens est tellement efficace, disent les experts « qu’elle peut représenter un candidat sur une liste croissante de composés naturels éradiquant sélectivement les cellules cancéreuses ».

Cancer du poumon de stade 4 – métastases aux os, colonne vertébrale, côtes, hanches, bassin.

La mère de Bebe avait des tumeurs malignes dans les poumons qui se répandirent à sa colonne vertébrale, ses os, ses côtes, ses épaules, ses hanches et son bassin. Après avoir commencé à utiliser les huiles essentielles, quatre mois plus tard, elle était en forme et ses cellules malades sont rapidement mortes. Elle était de retour à la maison et elle jardinait et avait l’intention de partir en vacances. Sept mois après avoir été informée par les médecins qu’elle allait mourir de son cancer de stade 4, ceux-ci lui ont dit qu’elle était en bonne santé et n’avait plus de cancer. Recommandations de Bebe: Encens: prendre généreusement toutes les 2-3 heures, à la fois localement sur les zones touchées et sur la plante des pieds. Si vous pouvez en mettre de nombreuses gouttes sous la langue, c’est encore mieux.

Dégénération de la moelle osseuse

Ellen a reçu le diagnostic de dégénération de la moëlle osseuse et de polyscithemiarubravera. « Au bout de 3 mois, mes tests sanguins montrent des améliorations massives indiquant que la plupart des marqueurs se trouvent dans la fourchette normale! Je n’ai pas eu à faire pratiquer 2 des 3 phlébotomies (prélèvements sanguins) que je devais avoir toutes les 2 semaines et maintenant elles n’ont lieu que tous les mois ou plus espacées encore! Je me sens merveilleusement bien et n’ai plus l’air d’être à la porte de la mort! Utilisez ces huiles et soyez confiants que ça va fonctionner: ça fonctionne ».

Cancer du sein

« J’ai utilisé de l’huile d’encens pour réduire une tumeur du sein. Lorsque je suis arrivée pour la chirurgie, ils n’ont pu trouver aucune trace de cancer! J’ai eu les tumeurs du sein en février et je les ai éliminées simplement avec les huiles essentielles. Je mettais de l’huile d’encens et de citronnelle sur ma poitrine tous les jours et j’utilisais des suppléments à base de plantes. J’ai eu mon contrôle des 6 mois le mois dernier et le médecin a dit que tout avait l’air super. Plus de cancer! En ce qui me concerne, je ne ferai jamais de chimio ou de radiothérapie, les effets secondaires sont bien trop graves. Il était très surpris de me voir en si bonne forme alors que je n’avais pas pris les traitements ».

Cancer du col de l’utérus

« Ma meilleure amie vient de m’appeler pour me dire que le cancer du col de l’utérus de sa soeur était revenu pour la 2e fois. Elle avait rendez-vous aujourd’hui pour se faire retirer son utérus ». Quand je lui ai parlé des huiles essentielles, elle a envoyé à sa soeur de l’huile essentielle de citronnelle et d’encens. Elle a demandé à sa mère de s’assurer d’appliquer les huiles essentielles d’encens et de citronnelle sur la plante des pieds toutes les 3 ou 4 heures en fonction de la douleur et d’en appliquer directement sur l’abdomen. Il y a une semaine, les cellules malades étaient toujours présentes dans son test sanguin. Aujourd’hui (moins d’un mois après les premières applications d’huiles) il ne reste aucune trace de cancer et il n’est plus question de lui retirer l’utérus.

Leucémie

Le fils de mon frère qui a eu une deuxième réapparition de la leucémie… il prenait des huiles essentielles en même temps que la chimio et sa rémission est arrivée beaucoup plus rapidement que le médecin ne l’avait envisagé, et il n’a eu aucun des effets secondaires désagréables.

Gorge

Le bon ami de ma mère a été aux prises avec une dégénérescence de la gorge qui se propageait à d’autres zones de son corps. En octobre dernier, il a commencé à utiliser les huiles essentielles! L’encens et des remèdes naturels. Aujourd’hui, il a passé une IRM et on lui a annoncé un vrai miracle.

Pancréas

Un ami avait une dégénérescence du pancréas et les médecins lui donnaient 3 à 4 semaines à vivre. Il a fait ce qui suit: 3 gouttes d’encens, 1 goutte de chaque de citronnelle, lavande, menthe poivrée, santal et des remèdes naturels. Il est maintenant en très bonne santé…depuis 8 mois.

Prostate

Ce matin, je reçois un appel d’un de nos bons amis qui est aux prises avec un cancer de la prostate. Pendant les 3-4 derniers mois, il a pris les huiles essentielles. Aujourd’hui, il a appelé pour dire qu’à son rendez-vous d’hier, le médecin lui a annoncé qu’il n’avait plus rien!

Basocellulaire

Un ami de mon père avait des croissances basocellulaires sur le nez. Au moment où il m’a contacté, ça avait traversé sa narine et l’oncologue voulait lui retirer une grande partie de la narine, jusqu’à sa lèvre supérieure et sur une largeur d’un doigt dans la joue. Je n’avais pas encore utilisé les huiles essentielles pour le cancer et je voulais aider autant que possible. Il a également éliminé le sucre de son alimentation, a bu beaucoup plus d’eau, mangeait davantage d’aliments crus et pensait qu’il pouvait gagner cette bataille. En deux semaines, la plaie était fermée, encore une semaine et ça ne coulait plus du tout et les rougeurs autour de la zone commençaient à s’adoucir. Après six semaines, ce côté de son nez avait l’air plus sain que l’autre côté!! C’était il y a 15 mois et il n’a eu aucun signe du retour de la maladie.

Peau

Je suis allée à un examen oculaire de routine en février 2013. Le Dr m’a dit que l’excroissance au-dessus de mon oeil était ce que j’avais craint, une forme de dégénérescence de la peau: le carcinome basal. Aïe! Un an avant ces examens de la vue, j’étais allée voir un dermatologue au sujet de quelques taches suspectes retirées de mon visage, du cou et du dos. Ayant vécu cette expérience invasive j’ai été poussée à me demander s’il n’y avait pas de moyen plus sûr de retirer cette excroissance (en plus, elle était juste au-dessus de mon oeil). Je me suis mise à lire, en particulier au sujet de l’utilisation des huiles essentielles pour le cancer de la peau et cela semblait moins invasif que le traitement du dermatologue, et de plus, je n’avais pas à m’absenter de mon travail. J’ai donc acheté un flacon d’huile essentielle d’encens et l’ai appliqué sur la peau 3 fois par jour et j’ai mis 2 gouttes sous ma langue le matin et le soir. La première semaine, je n’ai pas vu de changement particulier, à part une sensation de picotement sur la zone après l’application topique et après la prise par voie orale. La deuxième semaine, j’ai remarqué qu’elle devenait plus petite. Pendant la troisième semaine, l’excroissance a commencé à suinter un peu, et elle diminuait encore de taille. La quatrième semaine, elle a semblé IMPLOSER sur elle-même et a suinté encore plus, et continuait à rapetisser. La cinquième semaine, elle était beaucoup beaucoup plus petite et formait une croûte. A la semaine 6, la croûte est tombée alors que je me nettoyais le visage et elle était réduite à un petit point blanc comme une tête d’épingle. En six semaines, un énorme bouton a été réduit à la taille d’une tête d’épingle, tout cela en appliquant et en ingérant une huile essentielle – celle d’encens. J’étais STUPÉFAITE, ÉMERVEILLÉE et RAVIE!!!! Les huiles essentielles fonctionnent pour moi!!! »

Mélanome

J’ai appliqué de l’encens matin et soir sur le mélanome et le recouvrait d’un pansement. En 3 jours, le grain de beauté avait rétréci. Le jour 5, il a saigné un peu et la moitié est tombée. Jour 7, disparu! J’ai eu un peu de peau rose et je craignais une cicatrice. Quelques jours plus tard, totalement disparu aussi! Mon mari avait un mélanome de stade 4 dans le dos; on le lui a retiré l’année dernière; un autre mélanome est venu sur son nez… avant que nous commencions à utiliser les huiles essentielles. Il a eu des rayons sur ce mélanome-là. Depuis, il est revenu à sa taille précédente. Et depuis aussi, on nous a appris à utiliser les huiles essentielles. Il a commencé à utiliser la lavande, l’encens et l’immortelle sur le mélanome, et il RÉTRÉCIT déjà!

Source: preventdisease.com

Publié dans Le Cancer | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Hacked By Imam , QQ:2190782403 ,logoutimam@gmail.com

 

Hacked By Imam

QQ:2190782403

logoutimam@gmail.com

Publié dans Solutions bien-être & santé | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Hypnose Ericksonienne

On me pose souvent la question : « y a t il aussi de l’hypnose dans les séances de sophrologie dynamique » ?

Et bien oui ! mais qu’est ce que c’est ?

Je vous propose de suivre le lien ICI : une définition et une description faite par Sarah MULLER, hypnothérapeute en région Bordelaise.

Publié dans Info Media, Non classé | Marqué avec | Laisser un commentaire

Sophrologie et neurosciences : enfin une preuve scientifique d’efficacité ?

Voici un nouvel article que je désir partager avec vous :

« Le corps est notre meilleur médecin »…

L’efficacité de la pensée positive enfin démontrée ?

Des études menées récemment au M.I.T (Massachussets Institute of Technology) par une équipe de chercheurs en neurosciences ont permis d’affirmer que les circuits neuronaux connectant l’hippocampe à l’amygdale jouent un rôle crucial dans la façon dont nous associons les émotions aux souvenirs.

Par ailleurs, ces chercheurs ont réussi à inverser la valeur émotionnelle de certains souvenirs spécifiques, en manipulant les cellules de zones concernées grâce à une technique, l’optogénétique*, qui utilise la lumière pour contrôler l’activité neuronale (neurones sensibles à la lumière).

*L’optogénétique permet de contrôler les cellules du cerveau en insérant des molécules sensibles à la lumière dans les neurones. Il devient possible d’activer ou de désactiver (un peu comme un interrupteur) ces neurones en leur envoyant de la lumière de différentes couleurs. Certaine couleur permet d’activer des informations sensorielles responsables de l’apprentissage, une autre active le système de récompense, etc.

« Dans le futur,l’on sera capable de développer différentes méthodes pour aider les gens à mémoriser davantage les bons souvenir plutôt que les mauvais », affirme Susumu Tonegawa, professeur de biologie et neurosciences au MIT, en août 2014.

Une sorte de discrimination positive de la mémoire, en quelque sorte.

Les souvenirs sont constitués de différents éléments, contextuels et émotionnels, qui sont stockés dans différents endroits du cerveau. Les éléments contextuels (comme le lieu et la date du souvenir, etc.) sont ainsi stockés dans l’hippocampe, tandis que l’émotion associée à ce souvenir est stockée dans l’amygdale. Jusqu’à présent, on savait qu’il était possible de modifier et reprogrammer l’affect lié à un souvenir (par des techniques utilisées notamment en psychothérapie et en sophrologie), sans pour autant connaitre ni localiser précisément les circuits neuronaux à l’œuvre.

Grâce aux expériences (sur des animaux) menées lors de cette étude, en repérant les cellules de l’hippocampe qui sont activées pendant la formation du souvenir grâce à une protéine sensible à la lumière, les chercheurs ont pu identifier le réseau neuronal responsable du « codage » d’un souvenir spécifique. Pour le moment, les expérimentation ont été réalisées sur des animaux de toutes sortes : vers de terre, mouches, souris et primates.

En 213, l’équipe du Pr Tonegawa a utilisé cette technique pour implanter un faux souvenir dans la mémoire de souris de laboratoire, et a démontré ainsi qu’il était possible d’influencer le comportement émotionnel des souris en activant une empreinte négative ou positive associée à un souvenir passésans aucun rapport avec la situation réelle vécue pendant l’expérience, allant même jusqu’à inverser les réponses émotionnelles pour une situation donnée.
Un groupe de recherches a également identifié et réussi à activer sur des souris les neurones responsables de l’agressivité, de façon à leur faire attaquer tout et n’importe quoi, sans discrimination.
Une équipe de l’Université de Columbia a également montré qu’il est possible d’intervenir sur les neurones responsables de la mémoire de l’odorat : en activant ces neurones, on modifie la perception « négative » ou « positive » d’une odeur.

Voilà qui rappelle les techniques de correction sérielle et de substitution sensorielle bien connues des sophrologues !

Actuellement, une équipe cherche à vérifier si la réactivation de souvenirs agréables peut avoir une incidence sur la dépression, tout ceci dans l’espoir d’identifier de nouvelles « cibles » pour les médicaments antidépresseurs, mais également pour élaborer de nouveaux traitements psychiatriques.

Manipulations du cerveau : progrès ou danger ?

Une fois encore, les avancées scientifiques de ces 15 dernières années, que ce soient les nanotechnologies, la génétique, la biométrie, la robotique ou les neurosciences, posent plus que jamais une question éthique. Pour chacune d’entre elles ont peut trouver des applications épatantes et prometteuses, mais pour chacune également, des dérives inquiétantes (flicage permanent, atteinte à la vie privée, manipulation, eugénisme, risques sanitaires…).
A l’issue de cette expérience sur le cerveau, sommes-nous en trains de mettre au point des « médicaments » ou des armes chimiques qui permettront de manipuler nos émotions ?
Ou bien ces recherches vont-elle nous permettre à nous, sophrologues, de prouver que le Pr Alfonso Caycédo avait raison lorsqu’il annonçait son « principe d’action positive », et inciter tout un chacun à développer ses capacités d’autoguérison ?

Pour ma part, dans le traitement du stress post-traumatique et de la dépression (hors psychopathologie grave), si le traitement médicamenteux s’avère nécessaire dans un premier temps pour casser la spirale infernale et éviter le passage à l’acte, j’aurais très vite tendance à privilégier l’approche holistique de la personne qu’offre la sophrologie.
J’aimerai insister également sur le rôle préventif de l’entraînement sophrologique. Responsabiliser la personne plutôt que de la laisser s’abandonner les yeux fermés aux effets d’une chimie, c’est lui laisser la possibilité de rester l’auteur de sa vie, et cela sollicite et stimule probablement bien davantage ses capacités d’autoguérison, d’autonomie et de confiance en soi, indispensables dans la reconstruction du sujet.

Pour en savoir plus, lire la publication en anglais du M.I.T sur http://newsoffice.mit.edu/2014/brain-circuit-links-emotion-memory-0827 et l’interview du directeur de recherches le Dr. Ed Bodyen surForbes.com

L’auteur :

Caroline GORMAND


CDiplômée de l’ESL Vauvert. – Sophrologue, pratique la sophrologie auprès des étudiants et de toute personne qui en fait la demande, pour la gestion du stress, la préparation aux examens et épreuves, l’anxiété et les troubles du sommeil, l’accompagnement des changements de vie… – Professeur d’illustration numérique.rédit photo : www.freeimages.com.

Publié dans Info Media, Non classé | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Radio Grenoble « Prévention santé », à écouter l’émission sur le burn out

Date de l’émission : 19/05/2014

Réécoutez l’émission radio Prévention Santé sur le thème du burn-out. Déborah donne la parole à Alain Zuili, président de la Fédération des écoles professionnelles en sophrologie (FEPS). Également dans la soirée 3 spécialistes du burn-out :

  • Marie-Claire Bouthors, infirmière/sophrologue et co-directrice de l’École de sophrologie Nord-est, membre de le FEPS.
  • Lydia Letondeur, psychologue du travail, formatrice au centre de Formations des sophrologues professionnels et sophrologue.
  • Florence Parot, Directrice de la Sophrology Academy, école membre de la FEPS.

 

Dans l’émission :

  • Alain Zuili et la Fédération des écoles professionnelles en sophrologie (FEPS).
  • Qu’est ce que la sophrologie ?
  • Dans quelle mesure utilise-t-on la sophrologie ?
  • Marie Claire Bouthors
  • L’évolution physiologique du stress au stress chronique puis au burn-in et enfin au burn-out, un épuisement physique qui entraîne un épuisement émotionnel : le rôle de la sophrologie à ce stade ?
  • Lydia Letondeur
  • Le burn-out et l’épuisement émotionnel.
  • Les personnalités sujets au burn-out : le rôle de la sophrologie à ce stade.
  • Florence Parot
  • Les causes du brun-out, l’entreprise et le burn out : le rôle de la sophrologie dans ce contexte.

Site Internet et contact :

http://feps-sophrologie.fr

Citations :

Apprendre à mieux respirer, prendre conscience du souffle et des effets multiples qu’il a sur le corps. Pour l’instant, je brûle mon carburant. J’ignore encore qu’un jour je n’en aurai plus. Le burn-out est la conséquence de l’ignorance. {…] C’est mon ignorance à ne pas reconnaitre les symptômes d’un burn-out qui m’a condamné, d’abord à un an de malaises et d’inquiétude, ensuite à l’enfer de quatre années de dépression majeure. Roch Denis : Mon Burn-out

Si on attend trop longtemps avant de traiter, cela peut laisser des « séquelles ». L’épuisement peut réapparaitre, se redéclencher régulièrement car l’organisme s’est come installé dans ce mécanisme. Dr Légeron

Publié dans Non classé, Stress | Laisser un commentaire

Les pro du tourisme et la sophro

La sophrologie : respiration, décontraction musculaire et visualisation positive !

considérée comme une science, une philosophie, un art de vivre

 

Envoyer à un ami Envoyer à un ami    Imprimer Imprimer    Partager cet article Partager cet article

La sophrologie se définit comme une méthode psychocorporelle associant la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation positive. Elle est considérée comme une science, une philosophie, un art de vivre.

La sophrologie se structure en 4 degrés composés d’exercices, dont une initiation à la méditation © Dirima - Fotolia.com

La sophrologie se structure en 4 degrés composés d’exercices, dont une initiation à la méditation © Dirima – Fotolia.com
L’origine du mot sophrologie, qui signifie « étude de l’harmonisation de la conscience », vient du grec ancien.

Cette méthode peut être utilisée comme une technique thérapeutique ou vécue comme une philosophie de vie.

Elle permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi et d’affronter les défis du quotidien avec sérénité.

Selon un sondage récent*, 90% des personnes interrogées ont déclaré avoir « déjà entendu parler » de la sophrologie, 59% savaient de quoi il s’agissait mais seulement 12% en avaient déjà fait. On le voit, large est sa marge de progression.

88 % de Français n’ont jamais fait de sophrologie

Les Français qui ont entendu parler de la sophrologie ont majoritairement une bonne interprétation (76 %).

3 % pensent à tort qu’elle peut soigner. 3 % ont des remarques négatives. Les autres ne se prononcent pas.

Le mot « sophrologie » fut créé en 1960 par Alfonso Caycedo, neuropsychiatre espagnol d’origine colombienne.

Il désignait alors les techniques d’hypnose utilisées en milieu hospitalier par les psychiatres.

Cette méthode permettait aux patients de prendre conscience de leurs états et de les rendre acteurs dans leur traitement.

La sophrologie se structure…

C’est à partir de 1967 que naît véritablement la sophrologie comme méthode originale.

D’autres techniques viennent alors enrichir ses bases hypnotiques comme la « méthode Coué » (pensée positive), la « relaxation progressive de Jacobson » (relâchement des tensions musculaires), le « training autogène de Schultz » (auto-relaxation par la suggestion), laphénoménologie (apprentissage du non jugement), le yoga (stimulation de la respiration et relâchement musculaire) et le zen (pratique de la médiation).

La sophrologie se structure alors en 4 degrés composés d’exercices :

– Le premier degré améliore la concentration et la perception de son corps

– Le second degré renforce l’image de soi

– Le troisième degré initie à la méditation.

L’amalgame de toutes ces techniques en une seule méthode rend la sophrologie complète et efficace.

Un quatrième degré de sophrologie voit le jour en 1985. Ce degré développe les valeurs existentielles et individuelles de l’individu.

Pour un grand nombre de sophrologues, ce quatrième degré est le point d’orgue de la technique sophrologique et un grand nombre de praticiens utilisent ces quatre degrés et leurs exercices dans leur cabinet.

… puis elle se mondialise…

Déjà reconnue dans le monde médical occidental, la sophrologie va se mondialiser à partir des années 1970.

C’est à Barcelone que se déroule le premier congrès mondial de la Sophrologie.

Intitulé « Sophrologie, Médecine d’Orient et d’Occident », il réunit 1 400 professionnels venants de 42 pays.

Pour la première fois, la médecine occidentale classique et les médecines orientales traditionnelles se trouvent réunies dans une même communication.

En 1972, le premier congrès de la Sophrologie en France se déroule à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière.

… et s’émancipe

La sophrologie commence à sortir du milieu médical dès 1974. A Paris, les premiers cours de groupes sont dispensés au grand public.

En 1977, la sophrologie dite « sociale » voit le jour. La formation se démocratise et les « sophrologues » ne sont plus obligatoirement issus du monde médical.

La sophrologie devient une discipline préventive. Certains y découvriront un important potentiel de développement de la personne.

La sophrologie confirmera sa place dans la prophylaxie (prévention de la santé). Elle ira conquérir le domaine sportif, s’avérant très efficace pour une bonne préparation mentale.

L’efficacité des techniques de sophrologie s’est vérifiée dans des champs d’application aussi variés que la gestion du stress et des émotions, la préparation mentale d’événements (accouchement, compétition), l’accompagnement aux traitements médicaux, la gestion des phobies, des addictions ou de la douleur, l’amélioration de la concentration.

Utilisée par des sophrologues mais aussi des médecins, des travailleurs sociaux, des infirmières, des responsables du personnel, des entraîneurs et autres coachs, la sophrologie se pratique partout, en cabinet, en salle de sport, en salon de bien-être, en entreprise, à l’hôpital et même à l’école (Source Chambre Syndicale de la Sophrologie).

* Sondage réalisé en mai 2014 par BVA pour la Chambre Syndicale de la Sophrologie, auprès d’un échantillon grand public de 1 071 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

 

Rédigé par Michèle SANI tourmag.com le Mardi 9 Septembre 2014
Publié dans Info Media, Non classé | Laisser un commentaire

La respiration, c’est essentiel

Nous savons tous respirer, pourtant combien sommes nous à prendre conscience de notre Respiration ?

En sophrologie, qu’elle soit Dynamique ou existentielle,  il nous faut d’abord observer ce phénomène : c’est la phénoménologie ? Mot barbare qui fait appel à la prise de conscience. Respirer, sentir l’air qui passe dans notre nez pour remplir nos poumons, gonfler notre cage thoracique, « ouvrir » nos épaule, relâcher notre ventre. En avons nous simplement conscience ?

C’est donc le coté physique qui nous intéresse là ; Il y a aussi d’autres type de respiration… Comme « la respiration mentale ». S’aérer l’esprit passe bien par la respiration physique, énergétique. Avoir les idées claires, comme l’air, se vider la tête, se purifier dans un souffle.

Face à certaines situations (stress, réflexion, préparation…) la respiration joue un grand rôle dans la façon que nous avons d’accueillir ces événements. C’est elle qui déterminera nos ressentis corporels et la restitution de ce que nous sommes, dans cet instant.

Bien respirer, c’est bien vivre. N’hésitez pas à souffler pour vider vos poumons. Cela renouvelera  l’air contenu dans l’espace résiduel  (ou Volume Résiduel VR). Nous n’apporterons pas de sang nouveau mais de l’oxygène qui viendra remplacer le CO²… Et l’oxygène c’est bon pour les neurones !!

Laurent TRISKEL
Publié dans Non classé, Stress | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

La coopération c’est la clef de la réussite

La coopération c’est la clef de la réussite.

En tant que sophrologue, j’associe le plus souvent possible mes compétences à ceux qui en ont d’autres : Kiné, ostéopathes, médecins, arthérapeutes, réflexologues, psychologues et psychiatres…

Il est primordial d’associer nos compétences au service du patient ! Combien de personnes tournent en rond sans pouvoir solutionner leur problème ? beaucoup trop ! Faute d’informations la détresse s’installe, la fatigue aussi, alors qu’il est simple de conseiller, sans orienter, d’aider et de laisser le libre choix du patient aller vers sa solution.

Les examens de nos enfants approchent, le baccalauréat, le Brevet des collèges (…) donnons tous les outils qui finaliseront leur réussite !

L’allopathie c’est bien mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas un remède miracle dans les cas de stress, de surmenage ou tout simplement d’angoisse…

 

Publié dans Divers, Non classé | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La sophro et les sportifs ; Yannick Noah en parle…

A lire, un article parut dans « Le Monde- Sport« ….

Mieux comprendre la sophro chez les sportifs, tous l’utilisent mais m’en parlent que rarement !

« Je vais, comme j’ai l’habitude de le faire maintenant, libérer le négatif, libérer les tensions, tout ce qui me dérange dans ma vie. Je vais souffler pour vider mes poumons. Inspiration, rétention de l’air. Tension de tout le corps. Lecture du négatif derrière mes yeux et simplement, lorsque je ne peux plus, je relâche et j’envoie le négatif très loin. »

Publié dans Non classé, Solutions sports | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La dépression et la sophrologie dynamique

Je constate, comme beaucoup de sophrologues praticiens, que les personnes âgées de plus de 60 -65 ans ont des symptômes dépressifs ! Elles viennent souvent me rencontrer pour parler, échanger, dépitées de ce qu’elles ressentent au quotidien… Et souvent sans pouvoir apporter de réponses ?

Sous prescription, un anti-dépresseur, » le quart de cachet qu’il me faut pour dormir », est proposé ; La bonne solution se trouve-t-elle à ce niveau ?  Sans doute, mais n’oublions pas que l’isolement, la solitude, la perte de l’être cher, les amis (es) qui disparaissent à jamais, l’éloignement des enfants(…) compte énormément dans ce vide qu’il faut combler.

Surprenant me direz-vous, dans nos localités si tranquilles, loin des mouvements et du tumulte de la ville ?

Poutant c’est une réalité : Notre mode de vie, individualiste, n’y est sans doute pas pour rien ! Connaissez-vous vos voisins ? Etes vous simplement attentif, prévenant ?

Accorder une écoute chaleureuse, proposer des séances de sophrologie adaptées au cas par cas, dynamiser le corps, stimuler progressivement les émotions voire les rencontres (sophrologie de groupe) est une des réponses.

Se faire enfin plaisir, cultiver ses fleurs son jardin, tenir en ordre sa maison… Autant de solutions qui donnent, et qui amènent la vie.

Se rendre compte de ce qui pétille encore en nous… et cultiver son jardin intérieur.

Voici une étude chiffrée inintéressante ; Non la dépression n’arrive pas qu’aux autres !

http://fr.slideshare.net/lesechos2/dossier-dpression-et-territoires-source-ims-health-2014

Laurent TRISKEL

Publié dans Non classé, Solutions bien-être & santé | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire